Je vais avoir 30 ans, j'ai rien construit, rien réussit, pas de job, pas de famille, pas vraiment de relation, plus d'amis, plus d'études, pas spécialement de projets tellement tout est mouvant.

Je vis dans ce monde que je ne comprends pas avec une sensibilité empathique beaucoup trop intense pour y vivre sereinement et une intelligence un peu trop développé pour pouvoir vivre comme les autres dans le déni et la débauche.

Je rêve de vivre seule dans la nature, une montagne, une foret et une rivière.
Je rêve de sortir des méandre de mon esprit et de ceux de mes chers petits parasites.
Je rêve de pouvoir épargner un peu les autres en leur filant des tuyaux sur comment on fait quand j'aurai réussi.
Je rêvais de faire des gosses aussi, mais ça ça a changé, je rêvais d'une famille avec moi dans ma montagne.
Je rêvais...

Maintenant j'ai la réalité en face, j'ai vécu un mirage, un mirage merveilleux le temps qu'il s'est maintenu, puis comme je préfère la réalité, j'ai vu au travers. Mais j'arrive pas à oublier ce que j'ai cru vivre, ce que j'ai cru voir, j'arrive pas à me résigner à tout abandonner ; j'arrive pas à arrêter d'aimer ce que moi j'y ai vécu dans ce mirage.

Et pourtant il est horrible, les mots, le ton, les mensonges... et pourtant je suis horrible, les cris, les pleurs, les coups. Et pourtant y a plus vraiment d'espoir, c'est comme si y avait plus rien à sauver, comme si depuis un moment déjà c'était voué à l'échec. Et je m'accroche, je m'accroche, parce que j'ai plus que cela, j'ai tout laissé, tout abandonné pour ce putain de mirage.

Puis y a ces moments aussi, quand tout est doux, quand c'est les petits. Ils se blottissent, ils veulent pas de ce monde, veulent pas tout ça. Veulent juste être à deux. Mais ils sont pas à deux, ils sont au moins à 50, fin j'sais pas j'arrive pas à compter y en a trop. Pis y a les méchants aussi, ceux qui s'amusent à nous pourrir, parce que c'est de ça qu'ils se nourrissent, ceux qui me torturent en attendant que je trouve comment les convaincre de partir vers cette putain de lumière blanche !!! Le chien qui mort la main qui le nourri...

Et personne qui piffre rien, les psys tous plus à la masse les uns que les autres, schizo, border, TDI... choisi ton étiquette, aucune ne marche, c'est que d'la merde, tu retrouve toujours dans une nouvelle, pis surtout t'en guérit pas... hum je retournerai ptet les voir tous ces charlatans quand par ma ténacité j'aurai compris l'énigme, pour leur conter ce qu'ils ne croiront jamais, qu'à l'intérieur y avait des morts, des tristes, des fâchés, des pervers, des tarés de toutes sortes, pas vraiment mauvais, juste détraqué ; qu'ils passaient par mon dos dès qu'il le pouvaient, substances, blessures, failles, choc, abus sexuel... et même à ma naissance y avait ma sœur qui ait jamais née, celle qui s'est faites irradié parce que soit disant ma mère savait pas qu'elle était là. J'ai jamais été seule dans mon corps, à aucun moment de ma putain de vie je n'ai été seule dans mon corps. J'ai 30 ans j'aimerai bien commencé à vivre, pas des mirages hein, non un truc réel, je voudrai recommencer à voir des gens, même s'il me trouve bizarre. Mais je veux pas squatter avec les dégénérés, je veux pas des drogués, pas des menteurs, pas des tricheurs. J'aime bien ceux qui veulent vivre sainement, j'aime bien ceux qui regarde les choses en face et qui ont pas peur d'ouvrir leur gueule quitte à passer pour un faf, j'aime bien ceux qui s'en battent du politiquement correct et de ce qu'on peut penser d'eux... pas des branleurs.

Ce soir nuit de pleine lune, je voudrai que ça change, je voudrai plus avoir face à moi un mirage, mais un bonhomme, un bonhomme qu'à les couille d'envoyé chier la gamine qui le titille, plutôt que de m'envoyer chier moi. Je voudrai plus avoir à fouiller, analyser, me méfier, je voudrai que ça soit fluide, je voudrai la confiance et l'échange, je voudrai récupérer ma joie de vivre, mes idées, ma hargne et ma vie. je veux récupérer ma liberté, récupérer l'espoir et putain envoyer chier tous ceux qui ose et oseront me traiter comme si j'étais rien. Je sais ce que je vaux, je connais mes qualités, je connais ma beauté, mon intelligence, mon talent. Je sais tout ça, personne pourra jamais me faire penser l'inverse, je suis merveilleuse et si toi t'arrive pas à le voir t'inquiète moi je le sais et je me passerai bien de toi cher mirage, j'irai cherché un soleil de lumière blanche, j'irai avec lui sur les routes pour continuer ce que je commence ici avec mes morts, j'irai les libérer un à un, seule avec mon soleil blanc.